Antoine Cardella, git allongé au milieu de l’avenue Camille Peletan, à mi chemin entre la permanence de l’élu socialiste Pierre Ferri –Pisani et celle  de Simon Sabiani son concurrent d’extrême droite.  En ce mois d’avril 1936, ce policier de première classe vient de recevoir une balle dans le dos, étonnement le tueur n’a pas achevé son travail... Après être passé dans le local des sabianistes, il était allé faire un tour chez les socialistes…

Qui est l’auteur de ce geste et pourquoi ? Telle est l’enquête qui est confiée à Grimal, un des rares policiers intègres au milieu de cette ville où régnent corruption, clientélisme, arrangements entre copains.

Journaliste, éditeur et auteur François Thomazeau, revient sur un sujet qu’il a déjà abordé dans de précédents ouvrages, la période troublée des années 30.  « Les anneaux de la honte » est un polar historique. Dans  « 1936, La France à l’épreuve des jeux olympiques » coécrit avec Fabrice Abgrall, il dresse le portrait d’acteurs-clefs, hommes politique, représentants et acteurs du monde sportif, gens de lettres et journalistes. Le sujet ce polar historique, plus historique que polar est Marseille. Il s’attache à décrire la façon dont le clientélisme, la corruption qui touche tous les milieux, l’opportunisme, sont à l’origine de l’émergence d’un système mafieux. A travers la campagne électorale des législatives des 26 avril et 3 mai 1936 qui voit s’affronter à Marseille Ferri-Pisani, (SFIO), Sabiani (Parti d’Action Socialiste) très proche du du PPF ) et Billoux (PC), on voit défiler dans ce roman toute une galerie de personnageshommes politiques, industriels (Fraissinet, Daher), voyous ( Carbone et Spirito, les frères Guerini), policiers, syndicalistes. Des  célébrités, Maurice Chevalier, Charles  Trenet font leur apparition dans cet univers corrompu. Ce premier tome s’achève sur la victoire aux législatives de 1936 avec l’avènement du Front Populaire.

 

Voici la réponse que m’a faite François Thomazeau que j’ai interrogé au sujet du bandeau. Je le cite :

[….] peut-être faut-il alors expliquer que James Ellroy, apprenant que j'avais relevé le défi d'écrire un Marseille Confidential, défi lancé en 2015, lorsque j'avais été chargé de l'accompagner pendant ses trois jours à Marseille, s'est exclamé "Fucking Great!" et, à la demande de l'éditeur, a accepté que cette exclamation figure en bandeau. Au moins, tu répondras aux angoisses des gardiens du temple! Mais que les choses soient claires.

1. Oui, Ellroy m'a mis au défi d'écrire Marseille Confidential (les témoignages et photos abondent).

2. Oui il a donné sa permission pour le bandeau.

3. Non, il ne l'a pas lu et s'en ‘branle’ comme de l'an 36!

4. Evidemment, c'est un "coup" du service marketing de Plon.

 

Amha, cette polémique ne retire en rien l’intérêt du livre. Ce roman fournit de précieuses clés pour comprendre la complexité de cette ville pas comme les autres que beaucoup aiment et détestent à la fois. 

4 ème de couverture

"Si j'étais un auteur marseillais, j'écrirai Marseille Confidential". Voilà le défi lancé par James Ellroy en personne à François Thomazeau. Défi relevé avec talent, pour un roman qui plonge le lecteur dans les années 30 et les bas-fonds de la cité phocéenne.

Marseille, avril 1936. A une semaine des élections législatives, Antoine Cardella est abattu dans une rue des quartiers populaires, entre le local de campagne du candidat socialiste et celui de l'extrême-droite. A qui profite le meurtre de ce gardien de la paix corse, connu pour ses liens avec tous les acteurs du clientélisme local ? A tout le monde et à personne, tant sont imbriqués arrangements, combines et inimitiés dans cette jungle politique. En cette période est troublée, politiciens, voyous et flics corrompus jettent les bases d'un système mafieux qui règne encore sur Marseille aujourd'hui.
A la manière d'un James Ellroy avec Los Angeles, François Thomazeau nous plonge dans les bas-fonds de la cité phocéenne pour en tirer un roman noir qui fera date.

 

9782259253673ORI