Après une absence de deux mois, me revoilà face à Ducon, c’est le surnom dont j’avais affublé celui qui était devenu mon chef en m’ayant soufflé la promotion de commissaire de police que j’attendais depuis des années. Il était originaire de ….Nemours, m’avait-il appris à son arrivée. Jusqu’à présent mon parcours professionnel irréprochable était reconnu de tous, mais une sale affaire m’avait obligé de prendre quelques distances avec le service. Les gars de la brigade, qui contrairement à la hiérarchie connaisse les raisons de ma disgrâce, ne voient pas d’un bon œil mon retour. Ils comptent surtout bien m’en faire baver me prévient-il. . Aussi vaudrait-il mieux que je m’éloigne de la région parisienne encore quelques temps. Faisant référence à mes origines aveyronnaises, rappelant au passage mes facultés à résoudre de nombreuses enquêtes difficiles grâce à un travail dans lequel je me donnais corps et âme, il me conseilla vivement d’accepter une mission en Lozère.

Je pourrais reprendre du service en tant qu’inspecteur et qui sais-je avoir une chance d’être réhabilité et surtout éviter une mise précoce au placard.

Alors que j’essayai de lui expliquer les différences entre Lozère et Aveyron il m’exposa la situation.  La gendarmerie locale fait face à une série de quatre meurtres dont le mode opératoire monstrueux commençait à rendre la population nerveuse. Elle a besoin de renfort car en haut lieu on souhaite régler ce problème au plus vite. Tout est prêt pour que moi,  Axel Monge,  inspecteur parisien  se rende à  Mende  afin d’aider la brigade de gendarmerie locale à résoudre cette affaire. Drôle de cadeau mais il ne m’avait pas laissé le choix….

L’histoire du Gévaudan et ses légendes sont en filigrane de ce polar. Une intrigue  bien construite, basée sur une solide documentation scientifique, un style agréable et des pointes d’humour toujours présentes rendent plaisante la lecture de ce polar.

4ème de couverture

 

polar-la-belle-du-gevaudan

Axel Monge, flic parisien au passé encombrant, est envoyé en Lozère pour enquêter sur une série de quatre meurtres mystérieux. Le modus operandi semble le même : cadavre retrouvé à moitié enterré dans la campagne, assassiné par strangulation.

Une fois à Mende, après de brèves présentations avec ses nouveaux collègues, il rencontre Ybtissem, une historienne, férue de l’histoire du Gévaudan. Selon la jeune femme, le lien entre les légendes locales et les cibles du meurtrier est troublant. Élucubration irrationnelle ou intuition géniale ? Pendant ce temps, impitoyable, le serial killer poursuit sa marche criminelle.
Une course contre la montre effrénée est lancée.

Dans La Belle du Gévaudan, Jérôme Zolma signe un policier parfaitement maitrisé qui allie histoires locales et suspense.