Un nouvel auteur, une maison d'édition que je découvre.

Il s’agit d’une enquête policière sur une série meurtres dont tout laisse à penser qu’ils sont liés à la guerre d’Algérie qui vient tout juste de s’achever.  C’est l’occasion pour l’auteur de revenir sur cette page d'Histoire en mettant en scène des personnages liés plus ou moins directement à cette période tragique. Que sont-ils devenus, quelle est leur vie désormais? C’est le fil d’Ariane que s’attache à remonter l'inspecteur Fourrier. Dario, comme son héros, ont Paris chevillé au corps ce qui donne de belles pages sur la capitale.  La quatrième de couverture résume assez bien l’intrigue :


 4 ème de couverture

 

Ça y est ! Enfin, et pour de bon cette fois, la guerre d'Algérie est terminée. Soulagée, la France des années 60 s'engouffre enthousiaste sur les chemins de la croissance, de la consommation et de l'oubli.
À Paris, entre Clignancourt et Pigalle, cinq assassinats inexpliqués d'ouvriers laissent à penser que le feu qui a embrasé l'Algérie française a peut-être été mal éteint. Faut-il voir derrière le meurtre des cinq métallos la main vengeresse de l'OAS, voire une résurgence de la Cagoule ? Sous la pluie du quartier de son enfance, l'inspecteur divisionnaire Claude Fourrier, en proie à ses propres démons, mène l'enquête, loin, si loin du soleil d'Alger.


merci à  de la maison d'éditions Les 2 Encres de m'avoir donné l'occasion de découvrir ce roman publié dans la Collection Sang d’encre.

et pour ceux qui souhaitent en savoir plus il y a le site de l'auteur.