Un polar historique très agréable à lire.
Ce livre est le dernier d'une trilogie dont les héros sont Guillaume de Lautaret procureur du Roi et Delphine d'Orbelet son épouse.

Certains passants, touristes ou non, qui déambulent sur le cours d'Estienne d'Orves, près du Vieux Port, à Marseille, ignorent qu'ils se trouvent sur l'emplacement d'un ancien canal, le "canal des galères"! Mais que sait-on des galériens,de leur vie à terre, en mer, des circonstances qui les amenèrent à Marseille. Certains les "bonevoglies" étaient volontaires moyennant une faible solde pour ramer à côté des condamnés.

C'est une partie de cette histoire qui nous est racontée. Un pénible voyage précède leur arrivée. La gabelle, impôt inéquitable, les taux perçus étaient différents selon les régions, avait eu pour conséquence l'organisation de trafics par des faux sauniers. Cette fraude était sévèrement punie. Les relations tendues entre Marseille, la rebelle, et Louis XIV semblaient apaisées et la ville était prospère au plan économique. Tel est le contexte de cette intrigue qui fourmille de très nombreux détails, résultats de recherches fouillées qui constituent une des marques de fabrique de Jean-Christophe Duchon-Doris. (On avait pu noter cela dans "Le cuisinier de Talleyrand" pour lequel il reçut le Prix Marseillais du Polar.)

Il arrive même à certains passages d'être tenté de faire des rapprochements avec la situation actuelle de la ville.

Ce qui ne gâche pas le plaisir, c'est la facilité avec laquelle J.C Duchon-Doris mêle les genres. Il s'amuse avec certains de ses personnages, ses héros arrivent toujours à se sortir de situations délicates et il prend quelques libertés avec la petite histoire et fait quelques clins d'oeil à ses lecteurs. Des historiens mal embouchés ne manqueront pas de mettre en doute certaines informations figurant dans l'ouvrage. Ils contesteront probablement l'existence de l'écrivain de la chiourme un certain "Thomazeau" travaillant qui plus est au 5ème bureau! En ce qui concerne la galère "La Renommée" il est fort peu probable qu'elle eût pour capitaine un dénommé Jean Contrucci....

( Le lecteur incrédule trouvera la réponse en effectuant une rapide recherche dans les mots clés du blog!!!!!)

Un agréable moment à lire en vacances... ou à la rentrée.

et puis un peu de latin ne fait pas de mal "Homerus dicitur caecus fuisse" en guise de "Bon sang mais c'est bien sûr".

4ème de couverture

51XS40J0EXL

En 1702, des milliers de forçats survivent aux galères de Marseille. La violence, le meurtre, la torture, le chantage et la débauche règnent dans ce monde férocement hiérarchisé. Au cœur de ce chaudron du diable des complots s'ourdissent, la contrebande s'organise et, très vite, on ne sait plus qui des gardiens ou de la chiourme sont les pires prédateurs. Les galériens ont même réussi à organiser un gigantesque trafic de sel qui met en péril les finances du royaume... Un proche du roi demande alors au procureur "Le cuisinier de Talleyrand".Guillaume de Lautaret de se laisser condamner pour meurtre et de mener l'enquête de l'intérieur. Mais peu d'hommes ont connaissance du stratagème et, bientôt, le piège se referme... Guillaume est désormais seul au plus profond de l'enfer.