Pour participer à l'hommage à Thierry Jonquet j'avais décidé de découvrir un nouvel ouvrage.  Le choix s'est fait par hasard, un livre court, sur les rayons de ma librairie préférée: Mygale. Je ne le regrette pas bien au contraire.
Il s'agit d'un vrai polar. Un roman policier sans policier, selon Jean Bernard Pouy, avec tout ce qu'il faut de noirceur.

Une histoire banale, celle d'un hold-up qui tourne mal, d'un petit malfrat sans envergure qui tente de s'enfuir avec son "maigre butin" et ce par tous les moyens ......

On découvre en même temps, un brillant chirurgien qui mène une double vie en séquestrant Eve, "une créature de rêve"....  Il lui fait subir de nombreux sévices, la forçant à se prostituer dans d'horribles conditions. Mais ce mister "Hyde" a parfois un côté docteur "Jekyll". Il lui arrive de soigner sa "proie", son "esclave", sa "propriété", lui manifeste de nombreuses preuves d'attention, lui fournit les moyens de se cultiver, de peindre et de jouer du piano...  Eve est douée ses progrès sont réels, le jazz a ses préférences....

Mais pourquoi Richard Lafargue se met-il hors de lui lorsqu'il entend les premières notes de "The man I love"?

Un livre bien construit, l'intrigue se met en place progressivement, les chemins des différents protagonistes finiront bien entendu par se rejoindre, le procédé est classique. Mais le traitement original d'un sujet qui l'est aussi, une écriture agréable et les divers rebondissements qui ménagent le suspens retiennent l'attention du lecteur jusqu'à la fin. Il est difficile de quitter le livre une fois ouvert.

Un bon roman noir.