Depuis le carrefour de la Fossette, il n’a croisé quasiment personne. Il faut dire qu’au mois de février, la nationale qui mène à Port Saint Louis est peu fréquentée. Il tourne à droite avant l’entrée de la ville et atteint très rapidement le feu.

Pas de chance, rouge ! Le temps est frais mais il sort de sa voiture et allume une cigarette en attendant le bac. Le bac de Barcarin. Drôle de mission : contrôler la diffusion de musique dans les établissements de Beauduc…

Beauduc, c’est le bout du monde ! Route, bateau, piste… l’accès est difficile mais quel dépaysement.

Trop froid : il rentre dans la voiture dont le moteur n’a pas cessé de tourner. Feu toujours rouge, il allume la radio qui débite de la soupe musicale…

Il ouvre son cartable et y prends son dossier. Il relit ses notes, vérifie ses documents. Deux établissements, c’est pas la mer à boire.

Et le feu qui est toujours rouge. Cela doit bien faire 30 minutes qu’il attend. Bizarre. Bien qu’au mois de février les traversées soient peu nombreuses, c’est surprenant. Il éteint le moteur, sort de la voiture et se dirige vers le feu pour tenter d’apercevoir le bateau et vérifier les horaires.

Pas de bateau ! Il regarde en amont, en aval… Rien ! Calme, mais surpris, il s’approche de l’embarcadère avec suspicion pour prolonger ses recherches visuelles. Rien, toujours rien.

Mais que se passe-t-il ? Les berges du fleuve sont calmes, rien de spécial, pas de mouvement. Que faire ? Il retourne sur ses pas et consulte les informations affichées au départ.

Une sensation confuse l’envahit. Perception étrange de son corps mais surtout de son crâne. Une douleur se réveille. Du bas des reins jusqu’aux cervicales, un engourdissement se fait sentir. Il revient peu à peu à lui ; essaye de reconstruire des souvenirs. Des questions le bousculent. Où est-il ? Qu’est-il arrivé ? Que se passe-t-il ? Les informations…. Puis plus rien. Ses yeux s’ouvrent dans le noir. Un moment pour assimiler l’absence de lumière. Il tente de se mettre sur ses jambes mais le mal de tête gagne la partie ; malgré ses efforts il reste allongé. A tâtons, il essaye de percevoir son environnement, il tend la main pour percevoir un indice. Sans succès. Aveuglement...